adultere

La rencontre adultère n'est plus un tabou

Avant l'adultère était encore un sujet tout à fait tabou. Aujourd'hui, ce n'est plus le cas. On en parle même partout où l'on va. Les hommes tout comme les femmes deviennent de plus en plus infidèles après leur mariage ou même en étant tout simplement en couple.

Une étude a d'ailleurs montré que 72 % des couples mariés s'adonnent parfaitement à l'adultère et pour eux, la meilleure façon d'être infidèle c'est dans son lieu de travail. Ce qui représente environ 80 % des cas. Même les sites de rencontres coquines affichent leur publicité dans les métros et autres.

Les sites de rencontres coquines

Comme les pourcentages de femmes et d'hommes mariés qui s'adonnent à l'adultère ne cessent d'augmenter, des sites de rencontres coquines en tirent vraiment leur profit et exploite ce nouveau marché. Ces sites contribuent totalement à l'expansion de l'adultère. Ils proposent non seulement de simples rencontres coquines, mais également des rencontres pour les couples libertins qui aiment tenter l'échangisme.

 

 

De nos jours, quand un couple ne trouve aucune solution à leur relation et finit par divorcer, ce dernier trouve sa solution dans les relations extraconjugales afin de pimenter et redynamiser la vie sexuelle des deux partenaires. Du coup, l'adultère ne tue plus le couple, mais au contraire le ranime. Grâce à la nouvelle technologie et l'internet, il y a plus de quatre millions de personnes inscrites sur les sites de rencontre sans lendemain.

L'un de ces sites a même effectué un sondage vis-à-vis de ses membres et a obtenu un résultat plus qu'étonnant. La majorité des femmes inscrites y sont pour rechercher de simples frissons sexuels, la plupart n'y sont que pour apprécier le fait de se faire draguer et le reste avoue tout simplement qu'elles n'ont aucun plaisir dans le lit conjugal. Quoi qu'il en soit, ces femmes le disent si bien : elles sont uniquement infidèles en matière de plaisir, mais sont très fidèles en matière d'amour.

Laissez votre commentaire à propos de cet article